p6.jpg
p16.jpg
p8.jpg
p2.jpg
p9.jpg
p15.jpg
p10.jpg
p5.jpg
p12.jpg
p7.jpg
p14.jpg
p1.jpg

ICARE

Septembre 2014 - Juillet 2015 / Maison centrale de Poissy/Bétonsalon-centre d'art et de recherche



Michel Foucault pose le postulat suivant : le modèle de l’armée, puis de la prison, aurait imprégné l’ensemble de la société civile de deux manières. D’abord, par une visibilité constante induisant une forme d’auto-discipline ; ensuite, par la modélisation du corps, entraîné à reproduire des schémas gestuels collectifs – dont l’apprentissage de l’écriture. En résulte une forme bien particulière d’organisation sociale : la discipline. Gestes, espaces, visibilités : autant de dimensions qui s’entrecroisent pour construire un vivre-ensemble marqué par l’organisation des corps entre eux, et par la modélisation du corps individuel. Ces questions se posent avec une acuité toute particulière dans le contexte carcéral : comment l’environnement contribue-t-il à construire – ou à déconstruire – l’identité du corps ? Comment l’espace peut-il se penser à travers la collusion du physique et du mental, du disciplinaire et de la résistance, de l’observation objective et de la perception subjective ? Comment le geste d’écrire, et la circulation de l’écriture, peuvent- ils conditionner le rapport du corps à l’espace ?

Dans le cadre de l'atelier d'écriture mis en place à la maison centrale de Poissy, les débats, travaux et recherches menés avec les détenus autour de la question de l'apprentissage de l'écriture, de sa dimension politique mais aussi purement corporelle, fournissent de multiples réponses. Retranscrits sur plaques de métal, ils donnent lieu à l'élaboration d'un livre-objet collectif.

Projet conçu et dirigé par Julie Ramage - Avec la collaboration de Eijiro Ito, graveur, Bruno Héloir-Sanchez, artisan métallier, Joffrey Guérin, graphiste, et des étudiants détenus de la Maison centrale de Poissy

Livre en acier brut avec plaques de gravure - feuilles de carbone usagées présentées sous plexiglas et plaques de zinc - publication papier, impression riso, 40 p.

Publication présentée dans le cadre du projet Co-Workers, porté par Bétonsalon-centre d'art et de recherche, et le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Co-Workers : Écritures hors les murs

Lancement des publications et exposition des productions conçues dans le cadre de l’atelier de création organisé entre la Maison Centrale de Poissy et l’Université Paris-Diderot, sous la direction de Julie Ramage

La collaboration de Eijiro ito, Trois objetet et Gravure

                            Bruno Heloir-Sanchez, Métal book

Dans le cadre de l’exposition Co-Workers : Beyond Disaster, les étudiants détenus de la Maison centrale de Poissy (Section des Etudiants Empêchés de l’université Paris VII-Denis Diderot) ont été invités à collaborer, à distance, avec l’atelier d’écriture de la licence de Lettres. A travers une série d’expérimentations sonores, les participants s’entretiennent de la notion de désastre, de ce qu’elle signifie pour les uns ou pour les autres, de sa mise en récit et en voix, afin de produire, tout au long du semestre, une pièce radiophonique collective. La voix, prise dans un maillage serré, entre connotations judiciaires (son analyse sert d’élément de preuve dans les procédures) et problématiques de circulation intérieur/extérieur, est réinvestie dans ses potentialités de résistance et dans la recherche de nouvelles formes de communication.

Cet atelier prolonge les travaux produits en collaboration avec les étudiants de la Maison centrale de Poissy et Bétonsalon – Centre d’art et de recherche en 2014 - 2015. Se posait alors la question des liens entre corps, écriture et surveillance. Les débats, recherches et productions menés avec les participants autour de la dimension politique de l’écriture et de ses modes d’apparition, fournissent de multiples réponses.

日本語によるプロジェクトレポート

http://www.art-society.com/report/icarusproject.html

ⓒ 2015-2020 Eijiro Ito. All rights Reserved,